Classique

Lady Susan – Jane Austen

couv12119577



Lady Susan
Jane Austen
Edition Folio,
2006
Traduit par Pierre Goubert
115 pages

Genre : Classique



 

 

Résumé :

Une veuve spirituelle et jolie, mais sans un sou, trouve refuge chez son beau-frère, un riche banquier. Est-elle sans scrupules, prête à tout pour faire un beau mariage, ou juste une coquette qui veut s’amuser ? Le jeune Reginald risque de payer cher la réponse à cette question…
Grande dame du roman anglais, Jane Austen trace le portrait très spirituel d’une aventurière, dans la lignée des personnages d’Orgueil et préjugé et de Raison et sentiments.

 

Mon avis :

Lors de ma première lecture en 2013 je n’avais pas du tout accroché avec « Lady Susan », les romans épistolaires me plaisaient déjà mais Jane Austen beaucoup moins… Aujourd’hui ce n’est toujours pas mon titre préféré de l’auteure, je n’ai pas été passionnée par l’histoire mais j’ai quand même bien aimé cette redécouverte.

Contrairement à d’autres titres de Austen, dans « Lady Susan » on ne suit pas du tout une héroïne pétillante, vive d’esprit et amicale mais plutôt une anti-héroïne antipathique, séductrice, opportuniste et manipulatrice. Fraichement veuve, Lady Susan cherche à profiter le plus possible du monde qui l’entoure, que ce soit pour se faire héberger par Mr. Vernon le frère de son défunt mari, pour mettre le grappin sur le petit frère de Mme Vernon ou pour marier sa fille au premier venu, qu’importe le sentiments de sa progéniture…

affich_39950_1

Si le livre ne m’a pas plus captivée que cela c’est parce que je trouve l’intrigue pas assez creusée, mais aussi parce qu’en dehors de Lady Susan elle-même, les autres personnages sont fades et oubliables (ce qui explique que je ne parlerai pas d’eux vu qu’ils ne m’ont pas du tout marquée), niveau histoire développée et galerie de personnages variée « Lady Susan » fait pale figure à côté des autres titres de l’auteure…
C’est dommage que le livre ne soit pas plus long et plus abouti parce que les manipulations de Lady Susan sont plaisantes à suivre, elle n’est pas attachante (quoi que… personnellement j’aime bien les garces !) mais elle est intéressante, ses manigances rendent l’ensemble assez cynique et vicieux et c’est plutôt rafraichissant dans le genre !

La forme épistolaire apporte un vrai plus au roman, cela ne rend pas les personnages secondaires plus profonds (même si on se rend compte qu’il peuvent aussi jouer double jeu) mais c’est ce qu’il fallait pour Lady Susan pour être plongé dans ses pensées et faire en sorte qu’elle ne soit pas complètement détestable.

Ma chronique est plutôt courte mais il n’y a pas forcément matière à écrire une tartine, le livre est agréable (même si pas idéal pour débuter avec Jane Austen, de mon point de vue) mais le tout n’est pas assez fouillé et aurait mérité d’être un poil plus long.

J’en profite aussi pour dire un mot sur l’adaptation sortie sous le titre « Love and friendship » (vu qu’il n’y a pas assez à en dire pour en faire une chronique entière), globalement elle n’est pas mauvaise, elle respecte le livre, esthétiquement c’est assez joli, le casting est bon (étonnant vu que je trouve que Kate Beckinsale est une actrice assez médiocre d’habitude), mais vu que le charme du livre était en partie dû à la forme épistolaire, forcément le film parait beaucoup plus classique, donc pas déplaisant dans l’ensemble mais pas non plus indispensable !

 

Ma note : 3
Jeunesse·Science-Fiction

U4 : Stéphane – Vincent Villeminot

couv12859667



U4 : Stéphane
Vincent Villeminot 
Édition Syros-Nathan,
2015
383 pages


Genres : Jeunesse,
Science-fiction

 

 

Série : U4 
1. Stéphane
2. Kordiwen
3. Yassin
4. Jules
5. Contagion

 

Résumé :

Cela fait 10 jours que le virus U4 accomplit ses ravages. Plus de 90% de la population mondiale est décimée. les seuls survivants sont des adolescents. L’électricité et l’eau potable commencent à manquer, tous les réseaux de communication s’éteignent. Dans ce monde dévasté, Koridwen, Yannis, Jules et Stéphane se rendent, sans se connaître, à un même rendez-vous. Parviendront-ils à survivre, et pourront-ils changer le cours des choses ?

Stéphane est la fille d’un célèbre épidémiologiste lyonnais. Convaincue qu’il a survécu à l’épidémie, elle ne veut pas rejoindre le groupe d’adolescents qui s’organisent pour survivre. Si son père ne revient pas ou si les pillards qui contrôlent le quartier arrivent avant lui, son dernier espoir résidera dans un rendez-vous fixé à Paris.

 

Mon avis :

La série « U4 » a beaucoup fait parler d’elle il y a deux ans et si maintenant je me méfie un peu des phénomènes de mode qui peuvent certes être très bons mais qui peuvent aussi être tout pourris (c’est toi que je regarde « 50 nuances de Grey »), je reste toujours très curieuse quand il s’agit d’histoires apocalyptiques, et forcément j’avais envie de me faire mon propre avis sur « U4 » !

Stéphane (qui est une fille) se retrouve complètement seule après le départ de son père, depuis 10 jours le monde est ravagé par un mystérieux virus qui décime la population et elle pense que son père, scientifique spécialisé dans les épidémies, l’a laissée pour travailler à un remède et qu’il a survécu, malgré le fait que le virus semble mortel pour tout le monde sauf pour les adolescents, pourtant elle garde espoir et cherche à sauver sa peau en attendant de retrouver son père…

Un tel pitch m’a de suite fait penser à la série « Starters » de Lissa Price qui utilisait déjà une histoire d’épidémie qui avait tué toute la population et avait épargné les adolescents mais qui n’avait aucune explication, ce qui m’avait énormément déçue et du coup j’attendais « U4 » au tournant, il me reste encore trois tomes donc toutes les réponses ne sont pas encore là mais on sait au moins comment les adolescents ont échappé à la mort, ce qui est de bonne augure pour la suite je pense, et ce qui m’évitera de rester sur ma faim !

Bref à par cela l’histoire est plutôt pas mal, assez prévisible par moment mais on a ce qu’on attend d’un livre qui se passe en pleine fin du monde ou de ce qui s’en rapproche, beaucoup d’action, des menaces dans tous les coins et des personnages pas clairs, bon on n’échappe pas à l’inévitable romance parce que c’est dans le cahier des charges de la young-adult mais elle n’est pas trop envahissante heureusement.
Après ce n’est pas révolutionnaire, on a déjà vu ce genre d’intrigue mille fois, on sait qu’on va suivre des personnages qui tentent de survivre pendant que d’autres essaient de trouver un remède à la pandémie, mais tant que c’est à peu près bien fait cela fonctionne toujours !

Et je suis agréablement surprise par la « dureté » du bouquin (parce que j’aime quand les personnages morflent !), je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi sombre alors que c’est du young-adult (et que je n’ai pas forcément une bonne opinion du young-adult), je m’attendais plutôt à ce que tout soit facile et un peu niais mais en fait les personnages ne sont pas épargnés par la souffrance, le sang et la mort, ce n’est pas non plus la boucherie mais c’est cohérent avec l’intrigue et l’univers apocalyptique.

Niveau personnages je suis plutôt mitigée, même si ce tome se concentre sur Stéphane on découvre aussi les trois autres héros de la série et pour le moment il n’y en a qu’un qui se démarque du lot. Je ne saurais pas trop quoi dire sur Stéphane, elle est assez dégourdie (mais pas toujours), assez forte (mais des fois trop grande gueule) mais en dehors de cela elle est assez fade et interchangeable avec n’importe quelle héroïne de young-adult et même avec les épreuves qu’elle traverse je ne me suis pas attachée à elle. L’autre fille du quatuor est Koridwen que j’ai trouvé assez gonflante et que je ne suis pas pressée de retrouver (pas de bol c’est son tome que je vais lire ensuite !). Il y a aussi Jules qui m’a tellement emballée que je ne me souviens plus de lui ni de ce qu’il fiche dans ce tome et enfin Yannis qui est un poil plus charismatique et plus réfléchi qui est donc celui qui m’a le plus plu, mais vu qu’il est bien présent dans ce tome j’ai un peu peur que le volume qui lui est consacré soit un peu répétitif, à voir…

Pour résumer ce n’est pas ce que j’ai lu de mieux dans le genre mais ce n’est pas mauvais non plus, la trame est classique mais les auteurs n’ont pas l’air de nous balancer l’idée de l’épidémie sans nous donner des réponses quant à son origine, en espérant que cela continue pour que je n’ai pas à râler plus tard !

 

Ma note : 3

 

 

Contemporain

Spartacus – Romain Ternaux

couv16226437



Spartacus
Romain Ternaux
Édition Aux forges de
Vulcain
2017
216 pages

Genre : Contemporain

 

 

Merci à
et aux éditions
logo-forges
.
Résumé :
Un roman qui montre Spartacus comme vous ne l’avez jamais vu.
Racontées à la première personne, les aventures de l’esclave révolté deviennent le journal intime et hilarant d’un pauvre type qui, se trouvant au bon endroit au bon moment, finit par incarner l’espoir des dominés et se trouve sans cesse, bien malgré lui, débordé par la violence des hommes.
Provocant, volontairement bête et méchant, ce roman est une fable grinçante et noire sur la passion des peuples pour les hommes providentiels.
.
Mon avis :

J’aime beaucoup l’histoire de Spartacus et vu que je n’ai pas aimé le seul bouquin que j’ai lu sur lui (écrit par Max Gallo) j’espérais rectifier le tir, bon je n’avais pas vu que ce titre était en fait humoristique mais ça a déjà donné de bons résultats de prendre une histoire sérieuse et de la traiter sur le ton humoristique, vous voulez un exemple ? Kaamelott ! Malheureusement tout le monde n’a pas le talent du sieur Astier…

Le livre commence alors que Spartacus est toujours gladiateur, à priori rien ne lui donne envie de se barrer ailleurs, il gagne tous ses combats, peut profiter des prostitués du coin et il ne demande pas plus, sauf que Spartacus est marié à une espèce de harpie qui a la fâcheuse tendance à le violer, donc pour lui échapper il décide de lancer une révolte !

Le souffle épique en prend quand même un coup dans les narines avec une idée pareille et c’est pire quand on s’aperçoit que Spartacus est tout de même un bon gros couillon, mais bon on va dire que ce n’est pas le but du livre d’être axé sur l’histoire (même si certains pans de son aventure sont tout de même bien repris), sur son intensité, sur ses enjeux, et que cela veut juste être drôle (même si une intrigue creusée peut aussi être drôle mais bref).

Et du coup il fallait que l’humour soit solide et finalement il ne l’est pas, à mon gout c’est vraiment de l’humour gras et facile et l’ensemble est franchement vulgaire. Je dois bien admettre que j’ai eu quelques sourires quand Spartacus a vraiment l’air d’un leader tout pété qui se retrouve dépassé par les événements, fait n’importe quoi pour ne pas se laisser voler la vedette par Crixus et passe pour une grosse andouille, du coup je pense que cela m’aurait amusée si le côté assez abruti de Spartacus avait été plus mis en avant plutôt que d’enchainer les blagues de cul bien lourdes.

Globalement j’ai trouvé le temps très long, il n’y a que quelques scènes qui réussissent à faire mouche, le reste vole bas, tellement bas que cela m’a vite blasée et pourtant mon sens de l’humour est au ras des pâquerettes, je crois que le pompon revient aux passages dans les bordels ou ceux où Spartacus a peur de se faire sodomiser… C’est su-per…
Réécrire l’histoire sans modifier les grandes lignes et changer l’aura héroïque du personnage pour le transformer en crétin c’était une bonne idée à la base, mais l’auteur s’est perdu en route et s’est vraiment concentré sur des choses sans intérêt, le bouquin en devient vite indigeste et énervant et je ne parle même pas de la plume qui accentue la vulgarité du livre.

Bref, je fais une chronique assez courte parce que je ne vois pas de quoi d’autre je pourrais parler, finalement je ne garde pas grand souvenir de cette découverte, je ne m’attendais pas à quelque chose d’aussi lourdingue et je suis bien déçue de ce que l’auteur a fait de son histoire.
Merci tout de même à Babelio et aux éditions Aux forges de Vulcain pour cet envoi.

 

Ma note : 1
Romance

Angel – Elizabeth Taylor

couv52222512



Angel
Elizabeth Taylor
Édition Rivages,
2007
Traduit par Tina Jolas
365 pages

Genre : Romance


.

 

Résumé :

Angelica Deverell est la fille d’une épicière, une veuve qui l’a inscrite dans une école chic pour lui réserver un bel avenir. Mais l’enfant, grisée de rêves de gloire où elle se voit à la place de la châtelaine de la région, dans un parc rempli de paons blancs, développe un ego démesuré. A quinze ans, elle décide de quitter l’école pour écrire un roman. Entêtée, elle l’envoie à des éditeurs, et contre toute attente parvient à faire publier les inventions extravagantes qu’elle prend pour des chefs-d’œuvre.

 

Mon avis :

C’est avec le film que j’ai découvert cette histoire il y a plusieurs années et je l’avais suffisamment apprécié pour avoir envie de découvrir le texte d’origine, qui ne m’a finalement pas autant charmée que je l’espérais sur certaines choses, mais qui m’a plu sur d’autres.

Angelica ou Angel est une jeune fille de 15 ans, elle est issue d’un milieu très modeste, n’a plus que sa mère et sa tante pour famille, est intéressée par peu de choses à par elle-même, et rêve de grandeur et d’une vie plus luxueuse.
Malgré son peu d’attrait pour les livres elle commence l’écriture de son premier roman, roman qui en choquera certains et s’attirera les railleries des autres, mais Angel qui est convaincue de son talent mettra tout en œuvre pour se faire publier.

Angel n’est pas un personnage appréciable, elle est profondément égocentrique et égoïste, même si elle parvient à être émouvante à quelques très rares instants, je ne vois pas comment on pourrait ressentir un attachement ou de l’empathie à son égard, dans les premiers chapitres on peut se dire que son caractère est dû à son jeune âge, voir à sa situation qui peut laisser penser qu’elle est « enfermée » dans une vie qui ne lui offre pas grand chose et ne promet pas mieux dans le futur, mais les pages défilent et elle ne devient pas meilleure, ni plus mature ni plus généreuse.
Et c’est aussi son côté « superficiel » qui ressort dans sa vie personnelle, car à mes yeux elle n’est pas vraiment amoureuse du personnage masculin, Esmé, mais plutôt du romantisme de leur relation (ils ne se voient qu’une fois, il part dans un autre pays, ils sont éloignés pendant des lustres, elle se fait une idée de lui grâce à ce que raconte sa sœur…) c’est justement digne d’un roman d’amour et elle est plus entichée de cette image que d’Esmé lui même, du coup son histoire d’amour n’est pas touchante ou quoi que ce soit.

Dit de cette façon et vu le personnage difficilement supportable à qui on a affaire on pourrait croire que le bouquin n’a aucun intérêt à par celui de nous déclencher des ulcères et que je ne l’ai pas aimé du tout, mais même si je ne porte pas Angel dans mon coeur j’ai bien aimé suivre son histoire, parce que finalement si Angel n’avait pas un caractère de merde son parcours serait beaucoup plus fadasse, on ne suivrait qu’un auteur médiocre mais qui a quand même du succès et qui arrive à avoir la vie luxueuse dont elle rêvait et voila fin, là Angel étant bien perchée dans son genre l’histoire nous fait un effet plus particulier, personnellement j’étais perplexe, blasée et assez captivée par ce que vit Angel et je ne savais pas trop si je devais finalement l’apprécier ou pas et encore moins si je devais lui souhaiter de réussir ou tout l’inverse, mais en même temps j’avais vraiment envie de tourner les pages pour voir jusqu’où Angel irait dans son exubérance et si cela allait se retourner contre elle à un moment ou à un autre.
Et pour tout avouer même si Angel n’est pas un personnage agréable en soi, elle a une personnalité intéressante à sa façon, elle a tout les défauts possibles mais en même temps elle est forte, déterminée, fait ce dont elle a envie sans se préoccuper des commentaires, ne se laisse pas enfermer dans le rôle de la pauvre petite fille pauvre qui ne devrait rien espérer, vit ses passions aussi intensément que possible… Je ne peux pas prendre sa défense sur certaines choses, et je maintiens le fait qu’elle est à baffer par moments mais je préfère suivre une héroïne comme Angel qu’une héroïne qui serait toute gentille et complètement insipide, peu importe ce que je ressens pour un personnage (que ce soit de l’aversion ou de l’affection) je préférais toujours cela à un personnage qui ne m’inspire rien du tout !

Si en introduction je disais que certains points ne m’avaient pas charmée, ce n’est ni pour l’intrigue ni pour le personnage principal mais surtout pour la plume que je trouve plate et le rythme qui est assez inégal, la première ne m’a pas franchement permis de me retrouver projetée dans cette époque et dans cet endroit, et le second a fait que j’ai pu m’ennuyer (surtout dans la deuxième partie du roman) et j’ai même décroché plusieurs fois à cause des longueurs alors que l’histoire reste pourtant bonne.

Bref, c’est une lecture un peu particulière et assez cynique à cause de son héroïne et du portrait qui est fait d’elle, cela ne plaira pas forcément à tout le monde, ce n’est pas parfait et je ne suis pas sûre d’avoir envie de relire ce titre un jour mais j’ai globalement apprécié ce que j’y ai trouvé et j’attends de voir ce que je vais penser en revoyant le film.

 

Ma note : 3
Romance

L’amour caché de Charlotte Brontë – Jolien Janzing

couv3423551


L'amour caché de
Charlotte Brontë
Jolien Janzing
Edition Archipoche,
2017
Traduit par Danièle
Momont
329 pages

Genre : Romance


 

Merci à
et aux éditions
archipoche
.
Résumé :
En 1842, Charlotte et Emily Brontë quittent leur Yorkshire natal pour parfaire leur français à Bruxelles.
D’un naturel enjoué et curieux, Charlotte rêve de conquérir sa liberté. Sur place, elle et sa sœur font connaissance de Claire Heger, la directrice du pensionnat qui les héberge, et de Constantin, son époux, qui y enseigne le français.
Charlotte voit en cet homme le symbole de l’intelligence et de la virilité. Ce maître, qui joue de son pouvoir sur ses jeunes élèves, devient vite l’objet de ses fantasmes, tant intellectuels, physiques que sentimentaux.
Le retour en Angleterre est rude, d’autant qu’avant son départ Constantin lui a avoué qu’il partageait ses sentiments. Charlotte n’aura dès lors qu’une idée : fuir et retourner à Bruxelles pour vivre sa passion, quitte à s’y consumer…
 
Mon avis :

Je louchais sur ce titre depuis sa parution car « Jane Eyre » est un de mes livres préférés et en savoir un peu plus sur son auteure, Charlotte Brontë, ne me déplaisait pas.
Mais finalement je n’ai aimé ni la façon dont elle est montrée, ni son histoire, ni la plume de Jolien Janzing, un vrai flop !

Deux des sœurs Brontë, Emily et Charlotte, quittent leur Angleterre natale pour se rendre en Belgique afin d’étudier le français. Hébergées dans une pension de jeunes filles, Emily a du mal à s’habituer à sa nouvelle vie Bruxelloise, contrairement à Charlotte qui s’y fait peu à peu et se rapproche au fur et à mesure de Constantin Héger, son professeur de français.
Parallèlement à cela, nous suivons aussi une jeune fille de 16 ans, Arcadie Claret, qui a gagné une place dans l’entourage du roi et a attiré l’attention de ce dernier…

Je vous préviens je ne vais pas juger le travail de recherche parce que je ne saurais vraiment pas dire s’il est bon ou si ce livre est un tissu de bêtises car je ne sais strictement rien sur la vie des sœurs Brontë ni d’ailleurs sur le contexte donc que ce soit l’histoire de Charlotte et Emily ou celle d’Arcadie avec le roi je me contenterai de parler de mon ressenti et j’éviterai de me prononcer sur la véracité historique !

Et là niveau ressenti on est sacrément dans la mouise vu que, comme je le disais, je n’ai rien aimé, pour commencer je ne vois vraiment pas l’intérêt de l’histoire d’Arcadie, c’est d’un ennui complet de bout en bout, elle coupe le récit de Charlotte Brontë car elle intervient n’importe quand et suivre une jeune fille qui devient peu à peu la maitresse d’un roi n’a rien de passionnant, je ne sais pas si l’auteure a ajouté cette partie pour essayer d’enrichir le roman, pour faire un parallèle entre Arcadie et Charlotte ou pour que nous voyons un peu plus le contexte de l’époque mais quelque ce soit l’idée c’est raté. Je ne vais pas dire que j’aurais aimé le livre sans cette partie mais si elle n’avait pas été présente j’aurais surement beaucoup moins peiné à finir ma lecture.

En ce qui concerne Charlotte si j’ai apprécié découvrir ses premiers moments à Bruxelles, l’ennui s’est également fait ressentir bien vite. C’est apparemment Constantin Héger qui a inspiré Mr. Rochester à Charlotte Brontë mais si je ne l’avais pas su je ne m’en serais vraiment pas rendu compte pendant ma lecture, là où Rochester est complexe, intéressant et charmant (enfin quand il le veut bien !), Constantin est fade, froid, ni attirant ni passionnant, il y a vraiment un fossé entre les deux personnages et du coup la romance entre lui et Charlotte manque cruellement de passion.
Cela dit Constantin n’est pas le seul a blâmer pour cela car Charlotte n’est pas non plus montrée sous son meilleur jour, les filles Brontë n’étaient probablement pas la joie de vivre incarnée mais de là à présenter Charlotte comme un glaçon cruel et plutôt stupide il y a une marge !
Et finalement l’histoire entre Constantin et Charlotte m’a déplu parce que ce n’est pas l’idée que je me fais d’un romance intense et heureuse c’est même plutôt le contraire où l’homme n’a pas grand chose pour lui et où la femme est soumise et assez pitoyable…

Et vu qu’en dehors de cela il n’y a rien à se mettre sous la dent; un comble pour une auteure en herbe dans un pays qu’elle ne connait pas et qui a du surement vivre d’autres choses que la rencontre avec Constantin; forcément je ne relève rien de positif dans l’intrigue !

Là où je ne suis pas déçue c’est par le caractère d’Emily Brontë qui correspond à ce que j’imaginais; sauvage, misanthrope, assez torturée, ce n’est pas le genre de fille que j’aimerais avoir pour copine mais elle a au moins le mérite de ne pas être insipide comme tous les autres personnages du livre !

Niveau plume je n’ai pas grand chose à en dire si ce n’est que l’auteure s’adresse parfois aux lecteurs et c’est plutôt énervant, habituellement je ne suis pas fan de ce type de narration parce que j’ai l’impression que cela me remet à ma place de lectrice et que cela m’empêche de vraiment vivre le récit, mais là cela n’a fait qu’ajouter à mon agacement vu que le reste n’était pas bon non plus.

Bref, j’ai passé un assez mauvais moment avec cette lecture, je n’ai pas aimé (et pas compris pour certains) les choix de l’auteure et j’aurais finalement dû rester dans mon ignorance vis à vis de Charlotte Brontë car ce que j’ai vu d’elle m’a déçue !

 

Ma note : 1-5

 

Coup de coeur·Thriller

Robe de marié – Pierre Lemaitre

couv53950924



Robe de marié
Pierre Lemaitre
Édition Le livre de poche,
2010
314 pages

Genre : Thriller



 

Résumé :

Nul n’est à l’abri de la folie. Sophie, une jeune femme qui mène une existence paisible, commence à sombrer lentement dans la démence : mille petits signes inquiétants s’accumulent puis tout s’accélère. Est-elle responsable de la mort de sa belle-mère, de celle de son mari infirme ? Peu à peu, elle se retrouve impliquée dans plusieurs meurtres dont, curieusement, elle n’a aucun souvenir. Alors, désespérée mais lucide, elle organise sa fuite; elle va changer de nom, de vie, se marier, mais son douloureux passé la rattrape… Les ombres de Hitchcock et de Brian de Palma planent sur ce thriller diabolique.

 

Mon avis :

« Robe de marié » est un des meilleurs thrillers que j’ai lu et je l’avais dévoré d’une traite lors de ma première lecture il y a plusieurs années mais je n’avais pas réussi à le chroniquer car il regorge de rebondissements, ce qui est une force, mais qui pose aussi problème quand on ne veut pas trop en dévoiler, donc si je galère à en parler et que ma chronique ne ressemble à rien, eh bin, dites vous que c’est normal !

Bref, « Robe de marié » démarre avec Sophie, une jeune femme qui ne semble pas être aussi saine d’esprit qu’elle pourrait l’être, elle est perdue, dépressive et a des pertes de mémoire, et alors qu’elle passe la soirée avec le petit Léo dont elle est la nourrice elle est à nouveau victime d’un épisode d’amnésie et retrouve un peu plus tard le garçon mort et ligoté dans son lit. Aussitôt, Sophie qui pense être à l’origine de cette mort décide de s’enfuir, et sa cavale commence…

Mon résumé ne concerne vraiment que les premières pages du livre, l’intrigue est en réalité bien plus riche et plus tordue qu’une simple chasse à l’homme (ou à la femme en l’occurrence), l’auteur joue autant avec les nerfs de Sophie qu’avec les nôtres, c’est une intrigue à fois glauque pour tous les cadavres que Sophie sème derrière elle, oppressante car on se retrouve dans sa tête alors qu’elle est complètement à côté de la plaque quant aux crimes commis et que ses trous de mémoire nous laisse autant perdu qu’elle, déconcertante quand on voit Sophie autant paumée alors qu’elle fait preuve de pas mal de lucidité et de ressources pour essayer de se sortir de ce pétrin et surtout c’est une intrigue affreusement intelligente et il faut lire ce titre pour se rendre compte d’à quel point l’histoire est bien construite car je trouve que c’est impossible d’évoquer quoi que ce soit sans trop en dire, je pourrais faire une chronique de dix kilomètres en utilisant tous les adjectifs mélioratifs possibles sans vraiment pouvoir expliquer à quel point l’histoire est intense et surprenante.

J’admets que je suis une bille avec les policiers / thrillers et que je devine rarement comment les choses vont tourner et encore moins comment elles vont se terminer mais je pense que « Robe de marié » est difficile à résoudre pour tout le monde et si vous deviez lire un thriller, pour moi, ce serait celui là !
Que ce soit à la découverte ou à la relecture, l’auteur tisse une histoire qui tient la route du début à la fin et qui est impossible à lâcher, et qui peut être assez perturbante autant pour l’état de folie dans lequel Sophie est plongée que pour l’un des retournements de situation qui peut rendre un chouilla parano (mais n’étant pas saine d’esprit moi même, c’est un peu de la triche !).
Pas forcément à mettre entre toutes les mains vu que c’est loin d’être léger (même si personnellement voir un gamin zigouillé me met directement en joie !), c’est surtout une atmosphère morbide et pesante plutôt que des scènes gores qui auraient gâché le truc à mes yeux, ici l’horreur est plus psychologique que sanglante et c’est bien plus efficace.

Bref je vois mal ce que je pourrais ajouter, je me suis limitée au minimum et il reste une bonne moitié de livre dont je n’ai pas dit un mot mais si je le fais je risque de vous spoiler comme une grosse radasse donc lisez le ! C’est un titre indispensable pour les fans de thrillers et de mon côté je le relirais sûrement dans quelques années et je pense qu’il me fera toujours autant d’effet !

En passant, ce livre devait être adapté en film (mais le projet étant au point mort depuis plusieurs années, pas sûre qu’il soit toujours prévu…) et s’il finit par arriver sur grand écran je serai curieuse (et exigeante) quant au résultat, à surveiller !

 

Ma note :
coupdecoeur
Classique

Madame Bovary – Gustave Flaubert

couv71535153




Madame Bovary
Gustave Flaubert
Édition Folio,
2005
513 pages

Genre : Classique



 

Résumé :

Pour son malheur, Emma Bovary est née femme et vit en province. Mère de famille contrainte de demeurer au foyer, elle mène une existence médiocre auprès d’un mari insignifiant. Pourtant, Emma est nourrie de lectures romantiques et rêve d’aventures, de liberté et surtout de passion. L’ennui qui la ronge n’en est que plus violent, au point de la pousser à l’adultère.

 

Mon avis :

Ce classique a dû patienter pratiquement huit ans dans ma pile à lire avant que je ne me lance et il aurait sans doute attendu encore si je n’avais pas lu « Gemma Bovery » de Posy Simmonds il y a quelques temps, qui en est inspiré, et qui a relancé ma curiosité…

Même sans avoir lu ce livre on sait tous plus ou moins de quoi il parle et que l’histoire va suivre Emma qui se retrouve coincée dans un mariage qui ne la rend pas heureuse, et qu’elle va se lancer dans des histoires extra-conjugales pour espérer trouver le romantisme et la passion dont elle rêve…

Avant ma lecture j’avais peur de trouver la plume lourde et pompeuse, finalement le style est assez fluide, il y a bien quelques termes qui sont désuets (et expliqués en fin de livre, ce qui m’énerve parce qu’arrêter au milieu d’une page pour aller chercher une définition coupe le rythme) mais globalement la lecture est facile et plutôt agréable à ce niveau là.

Côté histoire je suis peut-être un poil plus mitigée, même si j’ai plutôt apprécié l’ensemble je l’ai aussi trouvé assez redondant, Emma est frustrée par la vie qu’elle mène, bien loin de ce qu’elle souhaitait, sa vie l’ennuie, son mariage la déprime et la maternité n’est pas du tout pour elle et elle se met donc à collectionner les amants et à dépenser sans compter pour combler le manque et au bout d’un moment je me suis un peu ennuyée, son portrait et sa déchéance m’ont intéressée, mais Emma ayant été nourrie aux histoires romantiques a des rêves précis quant à ce que devraient être sa vie et ses relations elle a un peu tendance à répéter les mêmes erreurs et il y a un côté assez lassant à cela, mais je peux le comprendre vu la dépression de l’héroïne, c’est un engrenage et cela pousse à nous enfoncer dans nos travers quand on en est atteint donc les quelques répétitions à ce niveau sont difficiles à éviter.

Comme je le disais c’est surtout la personnalité d’Emma qui m’a parlé, et d’ailleurs je ne comprends pas trop toute cette haine envers elle, sans l’avoir adorée (parce que je l’ai trouvée égoïste à certains moments) (normal de l’être quand on est dépressif en même temps j’ai envie de dire !) j’ai tout de même eu une certaine empathie pour elle, sans excuser son comportement envers son mari (auquel on ne peut pas reprocher grand chose, il est ennuyeux et un peu niais mais au fond il n’est pas mauvais) ni envers son enfant (qu’Emma trouve repoussant) je peux comprendre sa manière d’agir, elle avait beaucoup (surement trop) d’espérances quant à sa vie et elle se retrouve bloquée dans une situation qui ne la stimule pas et du coup elle va chercher de l’excitation ailleurs, cela ne mérite pas une médaille mais pas non plus d’être conduite au bucher, surtout qu’elle ne parvient pas à ses fins et qu’elle paie cher ses tentatives pour se sentir un peu mieux dans sa tête, entre Emma qui est certes difficile à vivre mais commet de mauvaises actions surtout parce qu’elle est malheureuse et ses amants qui se servent d’elle avant de la jeter moi ce n’est pas sur Emma que j’ai envie de cracher !

Je le redis mais je ne défends pas non plus Emma (pas complètement du moins), je l’ai parfois appréciée, parfois détestée, c’est un personnage complexe, pas foncièrement mauvais mais pas bon non plus, qui est surtout victime de ses grands rêves et collectionner les déceptions la fait plonger peu à peu, je suis peut-être indulgente car je me reconnais un peu en elle (mais rassurez-vous je ne rend pas malheureux mon mari) (de toute façon je n’ai pas de mari donc ça aide !), mais même si ce n’était pas le cas j’aurais probablement la même opinion sur elle.

Le roman est de façon générale cynique et critique, pas pour rien qu’il a fait scandale à l’époque, en gros le mariage c’est nul, la religion c’est pour les pèquenauds, la fidélité ne sert à rien… évidemment je résume cela avec la délicatesse d’un éléphant bourré, c’est tout de même bien plus subtil dans le livre et il y a encore bien d’autres choses qui en prennent pour leur grade et qu’on pourrait analyser en long, en large et en travers mais ce n’est pas mon job, je laisse ce plaisir aux étudiants qui doivent s’y coller (mouahaha), du coup si l’histoire d’Emma est assez simple tous les thèmes traités à côté rendent le bouquin bien plus intéressant sans être indigeste, et vu que je suis moi-même cynique et que j’ai tendance à partager certaines réflexions qui sont faites forcément le livre ne pouvait pas me laisser insensible sur ce point.

Bref je ne fais pas une chronique plus longue car je pense qu’à peu près tout a déjà été dit sur ce livre donc j’en ai surtout profité pour dire un peu de bien sur Emma qui en prend plein les dents mais qui est un personnage très bien écrit et très juste (et qui a le mérite de ne laisser personne indifférent du coup !).

 

Ma note : 3-5
Beau livre·Légende Arthurienne

Les carnets secrets de Merlin : Précis magique des herbes enchantées – Yannig Germain

couv47510441


Les carnets secrets de Merlin :
Précis magique des herbes
enchantées
Yannig Germain
Édition Au bord des continents
100 pages

Genres : Beau livre, 
Légende Arthurienne

 

Résumé :

Merlin l’ enchanteur nous livre les secrets de ses charmes et de ses philtres dans un herbier féerique hors du commun.

 

Mon avis :

« Les carnets secrets de Merlin » est typiquement le genre de livre qui me fait baver d’envie, pour le contenu mais surtout pour les illustrations qu’on peut y trouver, et si j’ai ouvert le livre des étoiles dans les yeux, mon enthousiasme est vite retombé…

Le livre est un peu compliqué à résumer, c’est un mélange de mémoires, de recettes, d’informations sur la nature et sur les créatures fantastiques, rien de bien original, on adhère ou pas, personnellement sans avoir été pleinement emballée je n’ai pas non plus détesté, d’autant que c’est bien écrit.
Le problème c’est qu’il y a un petit détail technique qui gâche tout, sans dire que le texte est illisible ce n’est tout de même pas très clair et certains passages doivent être lus plusieurs fois pour en comprendre le sens (et encore, il y a des passages auxquels je n’ai rien compris), si vous avez les mirettes un peu pourries comme moi et que vous voulez lire ce livre, préparez vous à galérer !
Cela dit je reconnais que l’écriture manuscrite est une bonne idée, c’était la chose à faire pour donner l’impression de lire un vrai grimoire, cela aurait pu avoir son charme mais Merlin ayant une écriture de cochon cela dessert finalement le livre…

Du coup si je dis que c’est dur de résumer ce titre ce n’est pas pour le fond mais à cause de la forme, à force d’autant en baver pour essayer de comprendre ce que je lisais je ne me souviens de rien aujourd’hui et je serai incapable de parler du contenu dans le détail, je me souviens vaguement de chapitres sur le Solstice et sur la Mandragore mais pour le reste…

DSCN3901

Je ne vais pas être élogieuse du tout en ce qui concerne les illustrations non plus et j’avoue que j’en suis un peu gênée parce que ce sont toutes des peintures et je suppose que cela a pris des heures à faire et qu’en me mettant à la place de l’illustrateur cela m’emmerderait que la première gourde venue démonte mon travail mais je tiens à être toujours sincère dans mes chroniques et donc j’assume le fait d’être la gourde en question ! (et oui je m’insulte moi même maintenant, KESKEVOUALLEZFER ?!)

Donc si je voulais avoir ce livre dans ma bibliothèque c’était avant tout parce que je m’attendais à de très belles illustrations et que j’aurais plaisir à feuilleter ce titre de temps en temps mais quand je l’ai ouvert j’ai très vite déchanté car à par une voir deux peintures j’ai trouvé le reste très laid, cela manque cruellement de finesse, de détail (certaines illustrations frisent la bouillie même), je sais que les créatures fantastiques ne sont pas forcément des canons de beauté mais là elles n’ont aucune allure et si l’aspect décrépi rend assez bien pour certaines d’entre elles, globalement le visuel de ce livre manque vraiment de charme et de magie, et je n’ai été émerveillée à aucun moment en le découvrant, j’ai même été tellement rebutée par le visuel que j’ai failli ne pas lire le texte…

Bref, ma chronique est très négative et je le regrette parce que j’espérais vraiment aimer ce livre, mais si le fond n’est pas forcément mauvais la forme fout tout par terre…

DSCN3895

 

Ma note : 1

 

 

 

Jeunesse·Romance

La sélection, tome 3 : L’élue – Kiera Cass

couv24218488


La sélection, Tome 3
: L'élue
Kiera Cass
Edition Robert Laffont, 
2014
337 pages
Traduit par Madeleine
Nasalik 


Genres : Jeunesse, 
Romance

 

Série : La sélection
1. La sélection
2. L'élite
3. L'élue
4. L'héritière
5. La couronne

 

Résumé :

La sélection prend un ultime tournant. Quant à America, sa vie à changée pour de bon. Et elle est décidée à se battre. Pour Maxon. Mais d’autres concurrentes se sont dangereusement rapprochées du prince. La seule solution: Riposter.

 

Mon avis :

Après un deuxième tome complètement inutile, voila enfin que les choses se bougent un peu le train, tout ce qui concerne la romance est toujours aussi insupportable, les personnages sont toujours aussi mal foutus, l’histoire est toujours aussi facile, mais au moins l’auteure fait enfin l’effort de mettre un peu d’action (et de sang) pour nous éviter d’avoir une intoxication à cause de toute cette guimauve !

C’est presque le grand jour (la grande semaine ? le grand mois ? Est-ce que quelqu’un a une idée de la temporalité dans cette saga ?!), la compétition va toucher à sa fin, Maxon va choisir sa future reine et son cœur est toujours aussi partagé entre les 5 dernières concurrentes (parce qu’il faut bien faire durer le suspense) et America qui jusque là a jonglé entre lui et Aspen n’est peut-être plus la favorite…
De leur côté, les rebelles poursuivent leurs attaques contre le palais…

Eh bien il était temps ! Cette saleté de concours est enfin fini et son dénouement (qu’on voyait venir à des kilomètres parce qu’on n’est pas des nouilles !) est connu, l’ennui, les épreuves débiles (mon Dieu, déjeuner avec la famille royale, quel stress, je me demande comment America a évité un ulcère !), les manigances à deux balles et le jeu du chat et de la souris entre America et Maxon vont maintenant s’arrêter, en tout cas si cette fin m’a laissée bien indifférente j’ai été plus que soulagée de pouvoir refermer ce premier cycle de la série et passer à autre chose !
Le triangle amoureux atteint des sommets de niaiserie dans ce tome, America passe son temps à se questionner sur Maxon, puis sur Aspen, elle conclut en « J’aime Machin » et le lendemain elle se demande « Est ce que j’aime vraiment Machin ? » au bout d’un moment je crois qu’elle s’emmerde tellement dans ce concours qu’elle cherche juste à s’inventer des problèmes et à faire sa drama queen, en tout cas c’est pénible de la voir toujours agir comme une girouette, même chose pour les deux garçons d’ailleurs, c’est quand même dingue ce talent qu’ils ont tous les trois pour changer leurs sentiments en un clin d’œil (ou alors c’est l’auteure qui est nulle pour faire des personnages qui soient un tant soit peu crédibles niveau psychologie, je ne sais pô !), la seule chose ayant changé est que Maxon qui était complètement fadasse jusque là se met à avoir des réflexions de salaud de temps en temps, pas très charmant ce prince !

Je pense que vous aurez compris avec mon intro que niveau histoire c’est désastreux, mais je dois dire que je ne serai pas totalement sévère parce que ce qui concerne les rebelles il y a au moins eu le mérite d’éveiller un peu ma curiosité, on sait enfin ce qu’ils veulent, ils passent vraiment à l’action (et ont enfin compris que casser la vaisselle n’avance à rien, il était temps !) et la famille royale s’occupe enfin de cette affaire, tout ne trouve pas sa réponse, c’est aussi superficiel que le reste et cela se finit de façon prévisible et facile mais au moins cela permet de voir un peu autre chose que ce stupide concours où les interactions complètement pétées entre Maxon et America.
Parce que clairement, l’auteure n’aura jamais réussi à rendre cette partie là intéressante, c’est toujours la même chose, trois tomes qu’on se coltine les plans vicieux (et foireux) des personnages, America qui s’y oppose et par conséquence s’attire des ennuis (ne pas être soumise c’est bien, mais ne pas foncer tête baissée dans le mur c’est bien aussi !), du coup c’est juste lassant, même en lisant une seule ligne par page on ne risque pas de manquer quelque chose d’important tellement c’est plat et déjà vu !

Je ne sais pas trop si je lirai la suite, je veux bien être bon public mais au bout d’un moment quand on a une histoire fleur bleue à en crever alors qu’il y a de quoi offrir un univers un poil plus riche et intéressant, et surtout une héroïne aussi vide (outre ses « sentiments amoureux » qu’on ne ressent pas, il y a aussi plein d’autres passages dans le livre où on se demande vraiment si cette fille ressent des émotions ou si ce n’est qu’une sociopathe), c’est lourd. L’ensemble aura vraiment manqué de développement, de maturité et d’âme en fait, même en lisant cette série en ayant seulement deux neurones réveillés tous les défauts sautent aux yeux et seul le fait que le bouquin soit fluide et fasse passer le temps me permet de ne pas être trop sèche avec ma note, c’est dire si je n’y trouve pas grand chose de positif !

 

Ma note : 2-5
Coup de coeur·Policier·Série

Chronique série : And Then There Were None

and-then-there-were-none_1

Créée par Sarah Phelps.

Adapté de : Dix petits nègres d'Agatha Christie.

Diffusé sur BBC One en 2015
1 saison / 3 épisodes de 60 minutes.

Réalisateur : Craig Viveiros.

Scénariste : Sarah Phelps.

Avec : Maeve Dermody (Vera Claythorne), Charles Dance (juge 
Wargrave), Burn Gorman (William Blore), Aidan Turner (Philippe
 Lombard), Toby Stephens (Dr Armstrong), Sam Neil (général
 MacArthur), Douglas Booth (Anthony Marston), Miranda Richardson
 (Emily Brent), Anna Maxwell Martin (Ethel Rogers), Noah Taylor
 (Thomas Rogers).

 

Synopsis :

En 1939, l’Europe est au bord de la guerre. Dix personnes sont invitées sur « Soldier Island » (l’Île du Soldat), une île le long de la côte du Devon en Angleterre. Isolés du continent, leur hôte A. N. O’Nyme mystérieusement absent, ils se retrouvent tour à tour accusés d’un crime. Lorsqu’une première personne meurt subitement, les autres comprennent que le meurtrier est parmi eux.

 

Mon avis :

J’avais envie de voir cette mini-série depuis sa diffusion, déjà car j’adore le livre dont elle est adaptée mais aussi parce que le casting a de la gueule (notamment Charles Dance, Aidan Turner, Sam Neil et Toby Stephens -le parfait Mr. Rochester de « Jane Eyre » en 2006 dont je parlerai forcément un jour !-).

« And then there were none » est donc l’adaptation du génial « Dix petits nègres » d’Agatha Christie, livre et série se déroulent sur une île isolée, 8 personnes sont invitées mais seuls les deux domestiques les accueillent, les hôtes n’étant pas là, mais alors que les 10 larrons se préparent à attendre patiemment (et qu’une tempête les bloque sur l’île), un message résonne dans la maison les accusant tous d’avoir commis des meurtres avant que l’un d’entre eux ne s’écroule, visiblement assassiné…

tumblr_nyc7o7LdLD1ryfz3yo1_r1_1280

Qu’on ait lu le livre ou pas, cette série est vraiment à voir, c’est une très grande réussite et un coup de cœur pour moi, du coup ne vous attendez pas à ce que je relève beaucoup de points négatifs, vu que je ne sais même pas si je vais en trouver un seul !

Je vois difficilement comment le bouquin aurait pu être mieux adapté, excepté quelques petits changements anodins (comme le docteur Armstrong qui se prend une baffe pour se calmer plutôt que Vera Claythorne, cela ne change pas l’histoire mais je trouve que c’est plus logique vu que Vera a l’air plus stoïque que le docteur de façon générale !), la trame de la série est la même que sur papier (en même temps, pourquoi la changer ?!) et donc tout aussi captivante.
Alors oui je pourrais tout de même évoquer les quelques jurons prononcés par les personnages qui ne sont vraiment pas nécessaires ou la pseudo romance entre Lombard et Claythorne qui n’est pas présente dans le livre mais que je ne rejette pas non plus en bloc dans la série, on n’aurait pu faire sans mais je trouve que cela rajoute un peu plus de tension et ce n’est pas comme s’il n’y avait aucune alchimie entre les deux personnages donc pourquoi pas ?

Comme le livre, la série se dévore d’une traite, la durée est idéale pour construire les personnages et montrer toutes leurs facettes, et pour que l’intrigue se déroule sans longueur tout en étant pas précipitée, mais vu le matériau de base il y avait peu de risque de se retrouver face à une histoire ennuyeuse et/ou mal foutue, même en connaissant l’histoire et ses ficelles presque par cœur, j’ai été happée par la série pas seulement parce que l’intrigue est brillante mais aussi pour tout le reste (l’atmosphère générale, les personnages sur lesquels on veut en savoir plus, les acteurs impeccables…), même les passages les plus insignifiants (à priori) retiennent l’attention et moi qui voulait juste revoir quelques morceaux du premier épisode pour écrire cette chronique je me suis surprise à revoir les trois parties sans m’en rendre compte et encore une fois sans ennui ni sans être lassée.
C’est de l’excellent travail que ce soit en tant qu’adaptation ou en tant que série, qu’on sache comment l’histoire va tourner ou pas il y a tout ce qu’il faut pour avoir envie d’enchainer les épisodes (tout comme le livre pousse à tourner les pages sans s’arrêter !).

La réalisation est superbe, élégante, léchée, la série possède bon nombre de plans magnifiques mais elle est aussi « pertinente », autant pour certains détails qu’on peut remarquer si on connait le déroulement de l’intrigue que pour les prises de vue de l’île et de la maison qui accentuent l’isolement mais les rendent également hostiles et aussi inquiétantes que certains personnages qui s’y trouvent !

tumblr_o04bd2W1Ji1qkt0j3o1_r1_500

Comme on pouvait s’y attendre le casting aussi est solide entre acteurs confirmés et jolies révélations. Je ne vais pas m’étendre sur les prestations de Sam Neil, de Miranda Richardson et de Charles Dances, je pense qu’on les connait suffisamment pour se douter qu’il n’y aucune fausse note dans leurs jeux, même chose pour Toby Stephens toujours sur le fil et à deux doigts de dérailler et Burn Gorman que je connais beaucoup moins mais qui est aussi très juste, imperturbable et qui a pourtant l’air en permanence apeuré.
Le casting est complété par Noah Taylor absolument sinistre en domestique et Anna Maxwell Martin qui joue sa femme complètement terrorisée qui fait office de souffre-douleur, Aidan Turner magnétique mais glaçant (et je pense que les costumiers ont eu des problèmes avec ses fringues vu qu’on le voit torse poil plus souvent que mes ovaires ne peuvent le supporter !) et Douglas Booth qui est un acteur que j’ai toujours trouvé trop lisse et ayant du mal à porter vraiment un rôle, mais ici il s’en sort bien, peut-être que le personnage du garçon né avec une cuiller en argent dans la bouche, inconscient, égoïste et blessant associé à sa tête toute mignonne lui va mieux que les rôles plus « romantiques » !
Et je finis par mon petit coup de cœur : Maeve Dermody qui joue Vera Claythorne que je découvre avec cette série et que j’ai trouvé parfaite, tout en sobriété et en finesse et qui fait passer beaucoup de choses rien qu’avec le regard.
Bref, des acteurs et actrices bien choisis, aux jeux variés et tous au top, je n’ai pas encore vu d’autres adaptations des « Dix petits nègres » et je pense que j’aurais du mal à me défaire de l’image des acteurs de la série maintenant !

Forcément je ne peux pas en dire plus (surtout en ce qui concerne l’intrigue), je fais la comparaison entre livre et série et je donne mon avis, rien de plus et je ne vais surtout pas spoiler (d’autant qu’on m’a moi même balancé le fin mot de l’histoire avant ma première lecture, ce n’était pas agréable mais le livre est tellement bien que cela n’a même pas gâché le plaisir en fait !), tant qu’à faire autant vous en dire le moins possible pour que vous vous fassiez balader le plus possible !
Si vous avez déjà lu le bouquin lancez vous dans cette série parce que vous devriez y retrouver ce que vous avez aimez pendant votre lecture et si vous ne l’avez pas lu alors laissez vous tenter par cette adaptation qui devrait vous surprendre.

Personnellement je suis plus que séduite et j’espère que la BBC aura l’idée d’adapter « Le crime de l’orient-express » un jour, parce qu’il y aurait de quoi faire une autre excellente série !

 

Ma note : 
coupdecoeur