Beau livre·Légende Arthurienne

Yvain ou le chevalier au lion / Lancelot ou le chevalier à la charrette, illustrés par la peinture préraphaélite – Chrétien de Troyes

couv70155345

Yvain ou le chevalier au lion /
 Lancelot ou le chevalier 
à la charrette, 
illustrés par la peinture
 préraphaélite
Chrétien de Troyes
Édition Diane de Selliers
2014
446 pages

Genres : Beau-livre, 
Légende Arthurienne

 

Merci à
et aux éditions
diane-de-selliers
.
.
Résumé :
Aucun défi ne résiste aux preux Yvain et Lancelot: provoquer les meilleurs chevaliers en combat singulier, délivrer la reine Guenièvre des griffes de ses ravisseurs ou affronter les sortilèges d’une fontaine magique dont personne ne revient…
Mais pour ces vaillants chevaliers, l’amour n’est-il-pas la plus redoutable des épreuves?
Les meilleurs récits de la Table ronde traduits et adaptés par Pierre-Marie Beaude.
.
Mon avis :

Lors de l’avant-dernière Masse Critique de Babelio je regardais la liste des titres proposés d’un œil un peu morne, manquant de temps et vu ma pile à lire gigantesque je ne me voyais pas demander un nouveau partenariat, jusqu’à ce que j’arrive à la fin de la liste et que je vois Yvain et Lancelot illustrés par la peinture préraphaélite, j’aime la légende Arthurienne, j’aime la peinture, et puis de toute façon ma pile à lire n’est pas si grande que ça, 600 livres ? Pff j’suis large !

Yvain ou le chevalier au lion et Lancelot ou le chevalier à la charrette sont deux textes fondateurs de la légende Arthurienne, le premier perd l’amour d’une femme suite à un serment rompu et part à l’aventure accompagné d’un lion à qui il a sauvé la vie.
Lancelot quant à lui semble débarquer de nulle part et affronte beaucoup d’embuches par amour…

Je l’avoue d’emblée; je n’avais encore jamais lu Chrétien de Troyes malgré la présence de plusieurs de ses textes dans ma bibliothèque et malgré le fait que ce soit quand même la base de la légende et il était temps que je répare cela, malheureusement je n’ai pas été aussi emballée que je ne l’espérais.
Je n’avais pas encore eu l’occasion de rencontrer Yvain dans mes précédentes découvertes Arthurienne (sauf dans Kaamelott, paye ton image glorieuse du personnage !) du coup tout me restait à découvrir le concernant et j’ai été plutôt déçue, son histoire n’est pas mauvaise en soi mais je n’ai pas accroché au début (que j’ai trouvé franchement simpliste voire tiré par les cheveux quand on voit qu’Yvain n’est pas foutu de tenir une promesse toute bête envers la femme de sa vie, tu parles d’un gros blaireau !) et je me suis vite ennuyée ensuite, j’étais contente de découvrir enfin pourquoi Yvain se promenait avec un lion parce que cela m’intriguait un peu mais en dehors de cela j’ai trouvé le tout assez répétitif et cela manquait de souffle épique, Yvain enchaine les aventures assez banales finalement, c’est potable sur le moment puis c’est vite oublié, son histoire manque trop de saveur pour me marquer et je ne suis pas spécialement pressée de recroiser Yvain parce que le personnage en lui-même ne m’a pas fait grande impression…

En ce qui concerne « Lancelot ou le chevalier à la charrette » mon ressenti est un peu meilleur, même si cela réservait moins de surprises vu que le parcours de Lancelot est quand même plus connu que celui d’Yvain, surtout que l’intrigue concerne l’enlèvement de Guenièvre par Méléagant, j’ai finalement préféré ce récit, probablement parce que j’ai une affection particulière pour l’histoire d’amour entre la reine et son chevalier mais aussi parce que j’ai trouvé l’aventure de Lancelot un peu plus variée que celle d’Yvain, moins rébarbative et donc un peu plus intéressante.
Ce qui est finalement frustrant c’est que là aussi les personnages ne sont pas franchement développés, on se concentre sur un épisode des péripéties du chevalier mais, comme Yvain, le personnage de Lancelot reste assez superficiel, défini par quelques traits évidents pour un chevalier (loyauté, courage et tout le tralala) mais rien de plus de vraiment notable et c’est dommage que les personnages de deux récits ne soient pas plus travaillés.

Là où je suis complètement séduite c’est sur le visuel du livre qui est magnifique, il faut aimer un minimum le préraphaélisme évidemment mais si c’est le cas il y a vraiment beaucoup de toiles à y (re)découvrir et même si à l’origine la plupart de ces peintures n’ont pas pour sujet la Légende Arthurienne, elles s’adaptent très bien aux deux textes et personnellement je suis contente que ce soit ce mouvement qui ait été choisi pour que je puisse en voir plus (vu qu’en dehors de John William Waterhouse mes connaissances sur les artistes préraphaélites étaient quand même bien limitées !).

Bref, mon avis est un peu tiède sur les deux histoires mais si j’y trouve des défauts je n’ai pas précisé que j’avais également la tête ailleurs pendant ma lecture et je n’exclue pas de donner une seconde chance un jour, malgré tout je suis contente d’avoir pu découvrir des écrits de Chrétien de Troyes et surtout j’en ai tout de même pris plein les yeux avec toutes ces peintures.
Pour finir je remercie Babelio et les éditions Diane de Selliers pour ce bel envoi.

 

DSCN5681DSCN5687DSCN5693DSCN5698DSCN5700

Peintures : Une tête de lion de Heywood Hardy

La belle au bois dormant de John Collier

Lilith de Dante Gabriel Rossetti

Elaine de John Melhuish Strudwick

Scène de chevalerie de Franck Bernard Dicksee

 

Ma note : 3-5
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s