Bit-lit

Holomorphose, tome 1 : Blasphème – Jean Vigne

 


Holomorphose, tome 1 : 
Blasphème
Jean Vigne
Édition du Chat noir (Féline), 
2016

   444 pages

Genre(s) : Bit-lit

 

Série : Holomorphose
1. Blasphème
  .  
Merci à
et aux éditions
http://www.editionsduchatnoir.fr/
Résumé :  .

« En ce bas monde, nous avons tous un fardeau à porter. Il semblerait que nous ayons trouvé le nôtre. A nous de faire en sorte qu’il ne devienne pas celui de l’humanité tout entière. »

Depuis son récent déménagement à Grenoble, Solana est devenue une ado solitaire, sans ami ni attache. Son année de terminale s’avère compliquée, entre un père absent, une mère détachée et une bande de jeunes qui l’a prise pour cible. Difficile de faire pire… et pourtant. La Destruction semble s’installer dans les parages, chez Solana plus exactement, qui bientôt ne peut plus bouger le petit doigt sans déclencher une catastrophe. Les cadavres se multiplient en ville, les portes de l’apocalypse sont sur le point de s’ouvrir et Solan pourrait bien en être la clef.

Mon avis :   .

A l’avant-dernière Masse Critique de Babelio il n’y avait pas beaucoup de titres qui m’inspiraient, j’ai donc tenté ce titre dont je n’avais jamais entendu parler et dont je ne savais rien, même pas que c’était de la bit-lit, alors que l’info aurait pu m’être utile n’étant pas fan du genre…

Holomorphose jongle entre présent et flash-back où nous suivons Solana qui avait l’air de posséder des pouvoirs destructeurs dans son enfance mais en a été privée par la suite vu qu’elle ne sait plus s’en servir à l’adolescence et qu’elle a même oublié qu’elle en avait, du moins jusqu’à ce que des souvenirs affreux lui reviennent sous forme de rêves et que ses pouvoirs recommencent à se manifester et détruisent tout sur leur passage.

J’aurais bien voulu dire que j’ai adoré cette lecture car cela a été le cas pendant les deux tiers du livre mais si je dis en introduction que cela m’aurait servi de savoir que c’était de la bit-lit ce n’est pas pour rien, car c’est justement à cause de cet aspect que le dernier tiers du livre m’a bloquée.

Les dernières pages du livre sont vraiment too-much, je ne vais pas trop en dire pour ne pas spoiler mais on croise une créature mythologique qui est là surtout pour la décoration, des personnages non-humains aux trousses de Solana, et Solana elle-même, et tout ce petit monde met le chaos, même Godzilla et la bestiole de Cloverfield réunis n’auraient pas foutu un tel bordel et j’ai trouvé cette partie assez ridicule, trop dans la surenchère et je n’ai rien contre les scènes de bataille mais en bit-lit ces scènes sont souvent exagérées, tout pète de partout et au bout du compte cela m’ennuie plus qu’autre chose et « Blasphème » ne fait pas exception.

Mais bref, si la dernière partie gâche un peu l’ensemble parce que beaucoup trop bourrine, le reste est plutôt convaincant et très prenant, pas forcément dénué de défaut parce que par moments l’intrigue se traîne un peu, mais il y a de quoi être accroché(e).
Finalement à par dans la dernière partie on ne sent pas trop que c’est de la bit-lit, c’est plutôt un bon mélange entre fantastique, horreur et thriller et j’espère que le second tome continuera de plus pencher vers ces genres là plutôt que vers la bit-lit, mais il faudra être patient pour avoir la réponse !
Pour ce premier volume on a vraiment affaire à un livre qui démarre doucement (même si les premières pages sont quand même bien crades) mais qui devient de plus en plus haletant à mesure que les pages défilent et où les flash-back, qui pourraient casser le rythme s’ils étaient mal foutus, renforcent finalement l’intrigue et le suspense, on ne sait pas encore tout des pouvoirs de Solana ni des personnes qui la recherchent mais ce n’est pas non plus le flou total et l’auteur a l’air de savoir où il va, il y a encore de quoi creuser mais on ne ressort pas frustré avec des tas de questions en tête.
L’histoire réserve aussi un bon paquet de rebondissements que je n’ai pas vu venir et qui nous balade encore un peu plus !

L’intrigue n’est pas que fantastique elle a aussi des thèmes plus terre-à-terre comme le harcèlement scolaire ou le cancer, ce sont des sujets secondaires mais bien utilisé pour le premier et très juste pour le second et ces deux thèmes contribuent à faire avancer l’histoire et à développer les personnages.

D’ailleurs en parlant des personnages c’est plutôt bon là aussi, Solana même si elle est adolescente n’est pas du tout à baffer, son comportement reste cohérent avec son âge mais elle est aussi plutôt lucide et réfléchie, même en pleine crise familiale (ses parents divorcent, elle a une relation difficile avec sa mère…) et victime de harcèlement dans son nouveau lycée elle garde les idées plus ou moins claires et cherche à trouver des réponses et des solutions sans foncer droit dans les emmerdes et cela fait du bien de ne pas trouver dans une lecture une caricature d’ado gothique et taciturne qui prend toujours les pires décisions possibles !
L’autre personnage le plus présent est Lola qui est déjà un peu plus clichée dans le rôle de la flic qui a vécu de gros drames et qui est maintenant très bourrue mais même si c’est un peu un stéréotype je l’ai bien aimé quand même surtout pour sa relation avec sa fille qui est touchante sans être tire-larmes (la petite étant condamnée et n’ayant plus beaucoup de temps à vivre…).
Je me limiterai à parler de ces deux personnages même s’il y en a d’autres qui sont tout aussi intéressants mais vu leur importance il vaut mieux les découvrir par soi-même !

Bref, j’y trouve quelques défauts qui sont en partie dus au fait que je n’aime pas la bit-lit et que j’aime bien chipoter mais sinon j’ai vraiment accroché à ce premier tome et j’ai eu beaucoup de mal à le lâcher tant j’avais envie de savoir où tout cela allait mener et j’espère bien que le deuxième tome me fera le même effet, en attendant je remercie Babelio et les éditions du Chat noir pour cette découverte !

Ma note : 3-5
 
Bit-lit

Les vampires de Chicago, tome 1 : Certaines mettent les dents de Chloe Neill

Les vampires de Chicago; 
Tome 1 : Certaines mettent
 les dents 
Chloe Neill 
Édition Milady, 2011
Traduit par Aurélie Tronchet
461 pages 

Genre(s) : Bit-lit
Série : Les vampires de Chicago
1. Certaines mettent les dents
2. Petites morsures entre amis
3. Mordre n'est pas jouer
4. Mordre vous va si bien
5. Morsures en eaux troubles
6. Morsure de sang froid
7. Permis de mordre
    
Résumé :.
Même si ma vie n’était pas particulièrement excitante, elle me convenait jusqu’à ce que les vampires de Chicago révèlent leur existence au public… et que je devienne l’un d eux. Aujourd’hui, au lieu de suer sur mon mémoire, j’apprends à m’intégrer dans une demeure remplie de vampires et à m’habituer à mes nouveaux pouvoirs. Mais un tueur est à mes trousses. Il se pourrait bien que ma difficile initiation à la vie nocturne ne soit que le premier accrochage avant la guerre… et il y aura du sang.
.  .
 Mon avis :

Voila une saga que je ne comptais absolument pas lire, déjà parce que la bit-lit ce n’est pas trop mon truc (à par quelques exceptions) et surtout parce que je trouve les couvertures horriblement moches que ce soit les originales ou les françaises (oui c’est superficiel, mais vous commencez à me connaitre, non ?!) mais il y a quelques mois Arcaalea m’a offert ce premier tome, et j’avoue que j’étais sceptique; mais finalement même si ce n’est pas ce livre qui me fera aimer le genre ce n’était pas si mal que cela !

Merit est une étudiante sans histoire, qui un soir se fait agresser sur le campus, elle est condamnée à mourir jusqu’à ce qu’Ethan, maître d’une des maisons vampirique de la ville, la sauve en la transformant.
Pas franchement contente de son sort, Merit commence sa nouvelle vie en se battant contre Ethan, ce qui ne la fait pas partir du bon pied avec lui, mais à moins de vouloir être une solitaire pour l’éternité elle va devoir s’habituer à sa nouvelle nature et à tout ce que cela implique, tout cela alors que quelqu’un cherche à la tuer !

Autant le dire d’entrée, ce qui me déplaît en bit-lit c’est l’histoire qui est sensiblement la même d’une saga à l’autre (en tout cas dans celles que j’ai lu) et « Les vampires de Chicago » n’est pas une exception, l’héroïne est forcément une fille comme les autres (mais toujours super bien gaulée) qui ne mène pas une vie très excitante, qui fait la connaissance des vampires ou en devient une, qui ramasse des problèmes au passage et qui est toujours prise dans un triangle amoureux… La première fois ce n’est pas désagréable, à la cinquième cela commence à me lasser, même si encore une fois j’ai bien aimé ce premier tome, j’aurais aimé quelque chose de plus original, plus surprenant.

Cela dit à par cela je n’ai pas de reproches à faire sur l’histoire, elle est accrocheuse et il n’y a pas de temps mort, la mythologie vampire mise en place n’est pas des plus innovantes, mais les maisons et les différentes règles à respecter donneront peut-être quelque chose d’intéressant par la suite, à voir !

Côté personnages, j’avoue être assez déçue du personnage d’Ethan, j’avais entendu parler de lui en bien et il m’a au mieux laissée indifférente, au pire franchement agacée, il est froid (oui c’est un vampire, pas une bouillotte, mais tout de même !), arrogant et on ne doit pas rire tous les jours avec lui, je suis désolée mais un mec aussi sympathique qu’un bloc de marbre ce n’est pas pour moi ! J’ai bien plus apprécié Morgan, un autre vampire, bien plus drôle et charmeur, et qui a beaucoup plus d’alchimie avec Merit que n’en a Ethan, bref entre les deux, mon choix est fait !
Je n’ai pas grand chose à dire sur les autres personnages, que ce soit Merit que j’aime bien mais que je n’adore pas, sa coloc’ qui est marrante mais qui finit par taper un peu sur le système ou les autres, je dois dire que je ne me suis pas franchement attachée à eux, à la rigueur je retiens Jeff et le grand-père de Merit mais ils sont trop peu présents…

Bref, pas complètement convaincue mais je m’attendais à largement pire, lire les tomes suivants n’est pas une priorité mais je le ferai tout de même par curiosité !

Ma note : 3
Bit-lit

Une aventure de Vicki Nelson, tome 1 : Le prix du sang – Tanya Huff

couv67664030

 

Les aventures de Vicki
Nelson; Tome 1 : Le
prix du sang
Tania Huff
Édition J'ai lu, 2010
Traduit par Patricia Ranvoisé
316 pages
   
Genre(s) : Bit-lit

..
 Série : Les aventures de Vicki Nelson
1. Le prix du sang
2. Piste sanglante
3. Frontière sanglante
4. Pacte sanglant
5. Dette de sang
6. Nouvelles sanglantes
Résumé :
Soudain, un cri horrible retentit dans une station de métro déserte. Vicki Nelson se précipite. Trop tard. La victime est morte, la gorge déchiquetée. Vicki entrevoit une silhouette fantasmagorique qui disparaît dans le tunnel. D’autres victimes exsangues sont découvertes, et on chuchote qu’il y aurait un vampire à Toronto ! Ex-flic devenue détective privée depuis qu’elle est atteinte d’une maladie dégénérative qui la prive peu à peu de l’usage de la vue, Vicki décide de mener une enquête parallèle à celle de la police. Les vampires n’existent pas, il doit y avoir une explication rationnelle. Mais, lorsque Vicki se verra proposer l’aide de Henry Fitzroy, séduisant écrivain âgé de quatre cent cinquante ans, toutes ses belles certitudes vacilleront…

 

 Mon avis :
J’avais acheté ce titre en 2011 pour le lire dans le cadre du baby challenge Livraddict bit-lit, finalement je ne l’ai pas lu à temps et il a attendu encore quelques mois dans ma pile à lire.
Ces jours ci, bizarrement, j’ai ressenti une envie d’histoire de vampires, j’avais le choix entre le tome 1 de Queen Betsy, le tome 2 de Mercy Thompson et le tome 1 de Vicki Nelson, c’est finalement cette dernière que j’ai choisie, me donnant l’occasion de la sortir une fois pour toutes de ma PAL et découvrir une nouvelle saga !

Autant le dire d’emblée, je m’attendais à ce que ce premier tome soit une catastrophe, il faut dire que la bit-lit n’est pas franchement le genre qui me correspond le mieux (j’ai apprecié Mercy Thompson, mais je trouve de nombreux défauts à la Communauté du sud, et je n’aime pas du tout Anita Blake) mes premières découvertes avec ce genre là ont donc été mitigées !
Finalement, je me suis surprise à beaucoup apprecié ce premier volume de Vicki Nelson, jusqu’à avoir vraiment hâte de lire le second tome !

J’ai tout d’abord apprécié le personnage de Vicki, je m’attendais à une énième héroïne cruche qui tape sur les nerfs (comme Sookie) ou à une prétentieuse vulgaire qui tape également sur le système (comme Anita Blake) et m’attendait donc à finir ma lecture avec un ulcère ! Mais Vicki n’est ni l’une ni l’autre, c’est agréable de suivre les aventures d’une héroïne qui a de la jugeote, de la répartie, du caractère mais qui n’est pas grande gueule, et surtout elle n’est qu’humaine, elle n’a pas de pouvoirs paranormaux, elle ne peut pas se transformer en bestiole ou autre chose, cela change des autres sagas et ce n’est pas déplaisant ! Autre « originalité »; Vicki perd peu à peu la vue, allant même jusqu’à être pratiquement aveugle la nuit, et n’est donc pas une héroïne qui réussi tout du premier coup et sans l’aide de personne (et punaise cela fait du bien, ras le bol des wonderwomen !), mais ce n’est pas pour autant une demoiselle en détresse, il y a un juste milieu et c’est tant mieux !
Dans ce premier tome, nous rencontrons également deux hommes, Mike Celluci, ex partenaire, ex petit ami et amant occasionnel de Vicki; et Henry Fitzroy, le vampire âgé de quatre siècle, fils illégitime d’Henry VIII d’Angleterre (!) et auteur de romans à l’eau de rose style Harlequin (!). Si j’ai mis un peu de temps à apprecié Mike que je trouvais au départ trop bourru, et trop souvent en train de dire à Vicki ce qu’elle doit faire, j’ai tout de suite été séduite par Henry qui m’a donné le sentiment d’être resté très humain, si on excepte le fait qu’il boit du sang à l’apéro évidemment, il est différent des autres vampires que j’ai pu croiser, ces gros prétentieux obsédés par l’hémoglobine et le sexe qui ont souvent tendance à me sortir par les yeux ! Mais comme tout bon vampire qui se respecte, Henry a également une certaine prestance, pas mal de mystère qui l’entoure et peut devenir effrayant en moins de deux, j’ai hâte de voir comment l’auteure va le faire évoluer dans les tomes suivants !

Autre point m’ayant plu : la façon dont est menée l’intrigue, nous savons très vite qui est responsable de la vague de meurtres, pas franchement de suspense de ce côté là mais je dois dire que cela me plait d’être dans la confidence et de voir comment l’enquête se déroule, si les héros tiennent le bon coupable ou si, au contraire, ils font fausse route…
J’aime aussi la narration, nous avons à la fois un oeil du côté de Vicki mais aussi du côté du tueur, ce qui nous permet de savoir comment et pourquoi il en arrive à ces extrémités.

En ce qui concerne la plume de l’auteure (ou plutôt de la traductrice), c’est fluide, rythmé, et très rapide à lire (bouquin terminé en deux jours pour ma part) mais surtout je suis contente que les scènes de sexe soient absentes (pas que cela me dérange mais j’en cherche quand même l’utilité quand il y en a !) et que les relations « amoureuses » entre les personnages n’empiètent pas sur l’enquête policière et que cette dernière soit vraiment au premier plan.

Je relis ma chronique et je me dis que je n’ai même pas évoqué les quelques points négatifs que j’ai pu relever mais il faut dire que je les trouve assez minimes en fin de compte, excepté Mike qui me gonflait au départ comme je le disais, ou Vicki qui accepte un peu trop facilement et rapidement l’existence des vampires et des démons, je ne vois pas quels reproches je pourrais faire, c’est dire si ce premier tome m’a plu et me donne envie de poursuivre la saga !

.
Ma note : 4